Connecte-toi avec nous

Santé

Landes : ils reviennent de Guyane avec le Covid-19 mais ne sont pas testés à leur arrivée

Published

on

Crédit : Le parisien

Le 25 juin dernier, une grand-mère accueille ses petits-enfants dans les Landes. Ils arrivent tout juste Guyane et sont porteurs du Covid-19 sans le savoir. Cette Landaise s’interroge, pourquoi les tests de dépistage ne sont-ils pas plus systématiques ?

Les autorités sanitaires prennent-elles assez de précautions quand il s’agit des cas de Covid-19 qui rentrent en métropole ? C’est la question que se pose Martine, une Landaise qui habite dans l’agglomération montoise. Le 25 juin dernier, ses trois petits-enfants guyanais, sa belle-fille et la mère de sa belle-fille arrivent à l’aéroport de Bordeaux car toute la famille a décidé de s’installer dans les Landes. À l’aéroport de Cayenne, en Guyane, leur température est prise une première fois, puis une seconde fois à leur arrivée à Paris avant de reprendre un vol pour Bordeaux. À chaque fois, ils n’ont pas de fièvre et peuvent prendre l’avion sans soucis, et pourtant ils sont porteurs du virus.

Un dépistage organisé par la grand-mère

Avec cette histoire de Covid-19, Martine est prévoyante, à leur arrivée dans les Landes, elle décide d’emmener toute la famille, dont elle-même, se faire dépister au coronavirus. Sur les 6 tests, 4 reviennent positifs, il s’agit de sa belle-fille, la maman de sa belle-fille et deux de ses petits-enfants. Suite aux résultats, Martine se confine chez elle, bien que négative au test. Ses petits-enfants et leur maman se confinent chez eux, dans une autre maison. Ils doivent faire des tests tous les sept jours jusqu’à ce qu’ils soient négatifs. La mère de sa belle-fille est quant à elle hospitalisée, même si son état est actuellement stable.

Un réflexe efficace 

Martine a eu un réflexe anodin mais très efficace qui a permis d’éviter des contaminations à la chaîne. Elle s’est expliquée au micro de France Bleu Gascogne « J’ai entendu parler du fait que la Guyane était en rouge, donc je me suis dit que pour protéger tout le monde, j’allais faire des tests pour être fixée […] Vous vous rendez compte, si je n’avais pas fait ça ? Ils auraient déversé le covid dans tout Mont-de-Marsan« . Cette dernière s’inquiète « On n’est pas à l’abri de quelqu’un qui vient de l’extérieur et qui ramène le covid sans même le savoir, comme ça a été le cas pour mes petits-enfants, leur mère et leur grand-mère« , elle craint que dans ces conditions, le virus ne continue de circuler sans aucun contrôle. « Je suppose que l’avion étant plein, ils n’étaient pas les seuls à être atteints du covid. Donc on déverse le virus à Paris et partout où se rendent les gens, et on ne fait rien. On nous dit à la télévision que tout le monde fait attention, mais ce n’est pas vrai. »

L’ARS se défend

Le délégué régional de l’ARS dans les Landes, Didier Couteaud, rappelle que selon le protocole actuel, « il est normal que ces Guyanais n’aient pas été testés, car ils étaient asymptomatiques […] il n’y a pas de dépistage obligatoire. Aujourd’hui, la population française n’est pas dépistée en totalité. Sont dépistées uniquement les personnes qui ont des symptômes, ce qui est déjà beaucoup« . Il précise également que « L’ARS ne va pas préconiser un dépistage pour tous les asymptomatiques. On peut simplement encourager les personnes, notamment dans un cas comme celui des Guyanais, à se mettre en quatorzaine de manière volontaire. Il n’est cependant pas exclu que ce protocole évolue, en fonction de la situation sanitaire« .

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

93 − = 86