Connecte-toi avec nous

Dax

Dax : un sans abri délogé par la ville, le DAL dénonce l’action de la municipalité

Published

on

Image d’illustration

Deux mois après avoir logé dans une maison abandonnée, un sans-abri a été expulsé par la municipalité de Dax. l’association Droit au Logement (DAL) dénonce cette action de la municipalité. Selon France Bleu, l’homme avait laissé un petit mot à l’attention des voisins, expliquant qu’il était artiste-peintre, à la recherche d’un logement.

Le 23 décembre, un sans-abris a reçu la visite de la police municipale dans une habitation abandonné. Ce jour-là, Emmanuel Klein, porte-parole pour les Landes de l’association Droit au logement, était présent. « J’ai pu constater que la police municipale était en train d’expulser l’occupant. Mais normalement, pour expulser quelqu’un, il faut une décision judiciaire, qui est appliquée par la police nationale, avec accord du préfet. Là, il n’y avait rien de tout cela » rapporte-t-il à nos confrères de France Bleu Gascogne, dans une vidéo. Dans celle-ci, on peut voir le sans-abri partir sans faire de difficultés, délogé par la police municipale. Il explique également n’avoir jamais « causé de trouble au voisinage et ne sait pas vraiment pour quelle raison on lui demande de partir« .

Après cette expulsion, l’association Droit au logement, qui lutte contre le mal logement en France, décerne des médailles de mauvaise conduite en fin d’année. Elles pointent certaines villes ou mairie qui ont mal agi concernant les mal-logés comme pour la Ville de Dax qui a reçu la médaille « Pipelet« , le 25 décembre, pour l’expulsion de ce sans abri. L’intitulé de la médaille fait référence à une pièce de théâtre sur les expropriations qui date du XIXe siècle et dont les personnages sont des spéculateurs immobiliers.

Pas une expulsion

Du côté de la mairie de Dax, on se défend et refuse de parler d’expulsion. « Il s’agissait d’une mesure d’accompagnement de la police municipale pour protéger cette personne qui occupe un bien immobilier vétuste, qui peut être dangereux« , explique le maire, Julien Dubois, à France Bleu Gascogne, qui poursuit « Nous avons ensuite accompagné l’homme vers un centre d’hébergement du 115. » L’occupant de la maison ne serait pas resté dans l’hébergement qui lui était proposé. Le maire de Dax affirme que « si le sans-abri avait voulu rester sur place, il pouvait, puisqu’il ne s’agissait pas d’une expulsion« . Les services de la ville ont cependant fermé la maison le jour-même en la rendant inaccessible.

Depuis le 23 décembre, ni l’association Droit au logement, ni la ville de Dax n’a de nouvelles du sans-abri.

Continuer la lecture
Cliquer pour commenter

laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

73 − = 65